Hivers brontëens (2) – Poèmes

© Lynn Marie Cunliffe

« Viens-t-en avec moi

Il n’est plus que toi

Dont mon cœur se puisse réjouir ;

Nous aimions par les nuits d’hiver

Errer dans la neige :

Si nous renouvelions ces vieux plaisirs ? »

Emily Brontë, 1844

Musée Brontë, vu du jardin.

« Silencieuse est la maison — tous sont plongés dans le sommeil ;

Un seul regarde, solitaire, au-delà des neiges profondes »

Emily Brontë, 1845

Musée Brontë, vu du cimetière.

« Transi dans la terre et sur toi cet amas de neige profonde !

Loin, loin de tout atteinte et transi dans la morne tombe !

Ai-je donc oublié, mon Unique Amour, de t’aimer,

Séparée à jamais d’avec toi par la vague du Temps ? »

Emily Brontë, 1845

© Lynn Marie Cunliffe

« Les vents soupirent comme tu soupires,

Et l’Hiver en flocons déverse son chagrin

Là où gisent les feuilles d’automne. »

Emily Brontë, 1839

Nord de l’Angleterre © FreeFoto.com

« Ce n’est que le gel qui éclaircit l’air, et donne au ciel ce ravissant bleu ; ils sourient sous un soleil d’hiver, ces persistans aux sombres teintes.

Et le frisson de l’hiver est sur son cœur. —

Comment puis-je rêver de félicité future ? Comment mon esprit peut-il prendre son essor, confiné par une chaîne telle que celle-ci ? »

Anne Brontë, poème non daté

Église St. Michael & All Angels,  Haworth.

« Le jour est à son terme, le soleil

Se couche dans son morne ciel »

Emily Brontë, 1844

« La lune est pleine en cette nuit d’hiver,

Les étoiles sont rares, mais claires,

Et à chaque fenêtre on voit briller

Des feuilles de rosée gelée. »

Emily Brontë, 1844

——————————————————————

Voyez également mon article précédent « Hivers brontëen (1) » relatant l’histoire des hivers d’Angleterre à l’époque des Brontë.

Hivers brontëens (1)

En décembre 1848, alors qu’Emily luttait contre la mort qui s’emparait d’elle, Charlotte sortit sur la lande pour trouver une branche de bruyère fraîche afin de donner un peu d’espoir à sa sœur. En vain. Emily avait pris froid aux funérailles de leur frère Branwell en septembre et refusait catégoriquement de voir un médecin. La saison froide eu raison de l’auteure des Hauts de Hurlevent qui rendit l’âme le 19 décembre. Mais qu’en fut-il des autres hivers que connurent les Brontë ? Lire la suite de « Hivers brontëens (1) »