Publication d’un manuscrit inédit de Charlotte Brontë

© Brontë Parsonage Museum (Twitter)

La Société Brontë marque ses débuts en tant qu’éditeur avec un premier ouvrage présentant deux manuscrits inédits de Charlotte Brontë, trouvés récemment dans un livre appartenant à sa mère. Lire la suite de « Publication d’un manuscrit inédit de Charlotte Brontë »

Le papier, l’écritoire et la plume

© To Walk Invisible – BBC 2016

Le son de la plume qui gratte le papier a résonné pendant de nombreuses années dans la salle à manger du presbytère d’Haworth. Lors de la rédaction de leurs romans et la préparation des copies pour les éditeurs, Charlotte, Emily et Anne disposaient leurs écritoires autour de la lampe au milieu de la table et travaillaient de concert, en silence, couvrant des rames et des rames de papiers avec leurs fines écritures. Elles formaient toutes les trois le plus fascinant des cercles littéraires de toute l’histoire de la littérature. Lire la suite de « Le papier, l’écritoire et la plume »

Le vrai visage de Charlotte ?

Charlotte Brontë par George Richmond, c.1850 / Charlotte Brontë par Louise Sanfaçon 2015 – d’après le portrait de Richmond, respectant les descriptions de Charlotte par ses contemporains : «front exceptionnellement proéminant, grands yeux expressifs, bouche large, tordue et affaissée en raison de nombreuses dents manquantes, grand nez, menton carré, tête qui donne l’impression d’être trop grande par rapport au corps.»

Le seul portrait professionnel de Charlotte Brontë a été commandé à l’artiste George Richmond par son éditeur, George Smith, et produit en juillet 1850. Selon Smith, en voyant son portrait, Charlotte fondit en larmes et s’exclama qu’il ressemblait plus à sa sœur Anne, décédée l’année précédente. Charlotte n’a jamais permis à ce portrait de circuler dans la presse. Cette modification du portrait original, à l’aide du logiciel Photoshop,  serait-elle le vrai visage de Charlotte ? Lire la suite de « Le vrai visage de Charlotte ? »

Nouveau portrait de Charlotte Brontë

Ce croquis de la tête d’une femme, dessiné par Charlotte Brontë en 1843 dans l’un de ses livres scolaires (Russell’s General Atlas of Modern Geography), avait tout d’abord été identifié comme une élève du pensionnat Héger à Bruxelles.  Les experts affirment aujourd’hui qu’il s’agit plutôt d’un autoportrait de l’auteure du roman Jane Eyre. Charlotte Brontë aurait d’ailleurs dessiné cet autoportrait en se regardant dans un miroir, quatre ans avant la rédaction de son chef-d’œuvre littéraire.  Lire la suite de « Nouveau portrait de Charlotte Brontë »

Découverte de textes inédits de Charlotte Brontë

Une nouvelle et un poème rédigés par Charlotte Brontë ont été récemment découverts dans un livre appartenant à la mère de la romancière. «Nous savions que le livre existait, mais nous ne savions pas qu’il contenait ces documents», a déclaré la porte-parole de la Société Brontë, Rebecca Yorke. «Ces textes n’ont jamais été publiés et n’ont jamais fait surface avant aujourd’hui.» Maria Brontë mourut alors que ses six enfants – dont les auteures Emily, Charlotte et Anne Brontë – étaient encore en bas âges. Lire la suite de « Découverte de textes inédits de Charlotte Brontë »

Les Brontë en français

En 2013, la sortie du livre «Le Palais de la Mort» aux éditions Hermann nous permet de lire de brefs textes rédigés en français par Charlotte et Emily Brontë, alors qu’elles avaient 26 et 24 ans. Ces exercices de rédaction, réalisés à Bruxelles en 1842 et 1843 lors des études des deux sœurs au pensionnat Héger, nous donnent un aperçu du style et de la personnalité des écrivaines qui, quelques années plus tard, allaient publier Jane Eyre et Les Hauts de Hurlevent. Les textes qu’elles soumettaient alors à leur professeur, Constantin Héger, ne ressemblent guère à des devoirs d’écolières. Lire la suite de « Les Brontë en français »

Noël avec les Brontë – Lettre à Southey

© Mark Davis (avec Lynn Marie Cunliffe)

En décembre 1836, Charlotte Brontë s’interroge sur son avenir suite à quelques mauvaises expériences de travail à titre d’enseignante. Elle demanda alors un avis professionnel à Robert Southey au sujet de son talent littéraire. Écrivain romantique anglais, Southey était avant tout célèbre pour sa poésie, mais il avait également écrit de nombreuses biographies. Heureusement pour nous, Charlotte ne suivit pas ses conseils, profondément empreints de misogynie. Lire la suite de « Noël avec les Brontë – Lettre à Southey »

Noël avec les Brontë – La poupée de Jane Eyre

Wikipedia Commons – Clem Rutter, Rochester, Kent

Dans les premiers chapitres du roman Jane Eyre, l’héroïne de Charlotte Brontë témoigne des mauvais traitements auxquels elle a été confrontée pendant son enfance. Au quatrième chapitre, l’épisode racontant les Fêtes de Noël est particulièrement triste, alors que la petite Jane, âgée de dix ans, se retrouve complètement isolée. «Noël et le Nouvel an avait été célébrés à Gateshead avec l’éclat habituel de ces fêtes ; des cadeaux avaient été échangés, des dîners et des soirées avaient été données. De toutes les réjouissances j’avais été naturellement exclue… Lire la suite de « Noël avec les Brontë – La poupée de Jane Eyre »

Noël avec les Brontë – Gâteau aux épices du Yorkshire

©  BBC

Pendant la période des fêtes, Charlotte Brontë utilisait une recette semblable à celle-ci pour fabriquer des gâteaux aux épices, qu’elle distribuait auprès des paroissiens d’Haworth. Ce met traditionnel du Yorkshire, remontant au Moyen-Âge, était cuisiné dans tous les foyers pour être offert aux invités ou en cadeaux. Ses ingrédients ? Très simples : farine, beurre, raisins secs, sucre, œufs, zeste d’orange et de citron, levure, muscade, cannelle. Lire la suite de « Noël avec les Brontë – Gâteau aux épices du Yorkshire »

Le masque

«Le masque» par Charles Turner d’après Sir Joshua Reynolds c1825

Le révérend Patrick Brontë écrivit un jour à la biographe de Charlotte Brontë, Elizabeth Gaskell, afin de lui raconter une anecdote survenue pendant l’enfance de ses célèbres filles, vers 1824. Patrick encouragea ses enfants à s’exprimer en utilisant… un masque. Nous n’avons pas de détail sur la manière exacte dont l’interrogatoire s’est déroulé, ni sur le masque lui-même. Les érudits cherchent encore aujourd’hui à tirer de ce curieux témoignage une signification qui pourrait nous révéler quelques secrets au sujet de l’enfance des sœurs Brontë. Lire la suite de « Le masque »