Retour d’un précieux artefact au Musée Brontë

Table de la salle à dîner de la famille Brontë, de retour au musée du presbytère à Haworth.
Table de la salle à dîner de la famille Brontë, de retour au musée du presbytère à Haworth.

La table originale de la salle à dîner de la famille Brontë, sur laquelle les célèbres sœurs ont écrit la majorité de leurs poèmes et de leurs romans, s’ajoute depuis janvier 2015 à la collection du Musée Brontë d’Haworth. La Société Brontë a en effet bénéficié d’une généreuse subvention de £ 580,000 du Fonds commémoratif du patrimoine national (NHMF) afin d’acquérir cet artefact majeur de la littérature anglaise du XIXe siècle.

Après la mort de Patrick Brontë en 1861, cette table avait été vendue à des collectionneurs privés avec d’autres effets personnels de la famille. Répertoriée #154 parmi les objets du catalogue de vente de l’époque, elle fut acquise par M. Ogden pour la somme de £ 1-11-0. Les Ogdens l’ont ensuite vendue à une autre famille, au sein de laquelle elle fut transmise en héritage de génération en génération, jusqu’à ce que le Musée Brontë puisse en faire l’acquisition.

Cette table aura été au centre de la vie domestique des Brontë pendant toute leur vie à Haworth ; elle porte d’ailleurs les marques de son utilisation quotidienne, avec ses taches d’encre, un grand cerne de brûlure de bougie en son centre, une petite lettre «E» sculptée dans sa surface et, en dessous de la table, des marques de propriété, peut-être de la main du mari de Charlotte Brontë, Arthur Bell Nicholls.

Déménagement de la table en janvier 2015, dans des conditions météorologiques difficiles.
Déménagement de la table en janvier 2015, dans des conditions météorologiques difficiles.

La table fut brièvement de retour au presbytère en 1997 dans le cadre des célébrations du 150e anniversaire de la publication du roman Jane Eyre de Charlotte Brontë. Aujourd’hui, elle a enfin retrouvé son cadre d’origine de façon permanente, au milieu de la salle à dîner du presbytère, pour le plus grand bonheur des visiteurs.

Le piano des Brontë

À droite du hall d'entrée, le bureau du père des Brontë. © Tanya & Richard - www.worldisround.com
À droite du hall d’entrée, le bureau du père des Brontë. © Tanya & Richard – http://www.worldisround.com

Le piano droit de la famille Brontë, installé dans le bureau du révérend Patrick Brontë, a été fabriqué par John Green de Soho Square, à Londres, au début du XIXe siècle. Il a été acquis par les Brontë au début des années 1830, probablement en raison du talent précoce pour la musique que montrait le jeune garçon de la famille, Branwell, alors âgé de treize ans.

Il a été vendu après le décès du dernier membre de la famille, mais il est revenu au presbytère en 1916. Considéré comme un simple meuble, il n’avait pas été joué depuis la création du musée Brontë, jusqu’à ce qu’un membre de la Brontë Society, Virginie Esson, s’est offerte en 2007 pour en payer la restauration. Grâce à son généreux don, et au patient travail de trois ans du restaurateur Ken Forrest, nous pouvons entendre de nouveau, depuis 2010, le son merveilleusement cristallin de l’instrument sous les doigts de Jamie Cullum.

Les livres de musique de la famille Brontë, qui sont conservés dans la bibliothèque du musée, comprennent des œuvres de Beethoven, Clementi, Haydn, Handel (un favori de la famille Brontë) et Robert Burns. Certaines de ces partitions sont datées et marquées avec les noms des membres de la famille. Les valses de Beethoven sont même annotées d’instructions pour le doigté, peut-être par le professeur de piano des enfants Brontë, Abraham Starsfield Sutherland, organiste de l’église paroissiale de Keighley.

Emily Brontë a été décrite comme jouant du piano «avec une grande précision et beaucoup d’éclat». Son talent a d’ailleurs justifié l’embauche du meilleur maître de musique pendant ses études à Bruxelles en 1842. Son compositeur favori était Beethoven, qui connaissait alors une grande popularité en Europe. Après son exposition aux œuvres du célèbre compositeur, la créativité d’Emily a particulièrement prospéré, pour aboutir à la rédaction de son seul roman «Les Hauts de Hurlevent», dans lequel plusieurs érudits trouvent une grande influence de la musique.

Anne, pour sa part, préférait chanter, mais elle s’accompagnait souvent au piano. Dans son livre de chansons conservé au musée Brontë, elle a transcrit 34 hymnes, des chants sacrés, des chansons folkloriques écossaises et d’autres musiques, avec les accompagnements au piano. Elle aurait constitué ce livre de chansons vers l’âge de vingt-deux ans, alors qu’elle travaillait comme gouvernante chez la famille Robinson.

Livre de chansons d'Anne Brontë
Livre de chansons d’Anne Brontë

Quant à Charlotte, elle a cessé de jouer du piano pendant son adolescence, en raison de sa myopie qui rendait la lecture des partitions particulièrement difficile. Sa passion pour la musique ne fait aucun doute cependant, puisqu’elle a  assisté à au moins un concert pendant ses études à Bruxelles et à plusieurs concerts à Keighley.

Gros plan piano Bronte

Voir aussi :

The Brontës and Music

Emily Bronte and Beethoven: Romantic Equilibrium

Emily Brontë and the Musical Matrix

Concours

bronte-sisters[1]Le Comité des publications et des conférences de la Société Brontë est heureuse d’annoncer l’ouverture d’un nouveau concours en création. Les trois catégories du concours sont les suivantes:  Nouvelle (fiction) / Poésie / Illustration. Le jury est composé de : Dame Margaret Drabble (Nouvelle), Simon Armitage (Poésie), Victoria Brookland (Illustration).

Dans la première catégorie, la nouvelle, le défi sera de créer une histoire brève autour d’un des personnages secondaires dans l’un des sept romans Brontë, par exemple, dans «Jane Eyre», la vie d’Helen Burns, avant son arrivée à l’école de Lowood. Dans la catégorie poésie, le comité cherche des réponses personnelles inhabituelles à l’un des romans ou des poèmes des Brontë. Pour la catégorie illustration, le comité cherche des illustrations en noir et blanc d’une scène spécifique, comme décrit dans l’un des romans.

Le premier prix est de £ 500, le deuxième prix est de £ 250 et le troisième prix est de £ 100. Ils seront décernés dans chaque catégorie. Frais d’inscription : 10 EUR.

Cliquez ici pour obtenir plus d’information de même que le formulaire d’inscription. Les inscriptions doivent être envoyées au  BRONTË PARSONAGE MUSEUM, HAWORTH, KEIGHLEY, BD22 8DR, West Yorkshire, England au plus tard le 31 janvier 2014. Les prix seront décernés à l’assemblée générale annuelle de la Société Brontë en Juin 2014.