Le papier, l’écritoire et la plume

Le son de la plume qui gratte le papier a résonné pendant de nombreuses années dans la salle à manger du presbytère d’Haworth. Lors de la rédaction de leurs romans et la préparation des copies pour les éditeurs, Charlotte, Emily et Anne disposaient probablement leurs écritoires autour de la lampe au milieu de la table et travaillaient de concert, en silence, couvrant des rames et des rames de papiers avec leurs fines écritures. Lire la suite de « Le papier, l’écritoire et la plume »

Les Brontë dans l’espace

En 1973, des astéroïdes de notre système solaire ont été découverts par un trio d’astronomes néerlandais : Cornelis Johannes van Houten, Ingrid van Houten-Groeneveld et Tom Gehrels. Ils baptisèrent ces astéroïdes du nom des sœurs Brontë. Lire la suite de « Les Brontë dans l’espace »

Poème d’Anne Brontë «Musique le matin de Noël»

«La musique, je l’aime — mais jamais accords ne parvinrent à susciter ravissements aussi divins, à apaiser ainsi le chagrin, à surmonter ainsi la peine, et à réveiller ce cœur pensif qui est le mien, — comme ceux que nous entendons le matin de Noël, charriés par la brise hivernales. Lire la suite de « Poème d’Anne Brontë «Musique le matin de Noël» »

Le masque

Le révérend Patrick Brontë écrivit un jour à la biographe de Charlotte Brontë, Elizabeth Gaskell, afin de lui raconter un épisode énigmatique survenu pendant l’enfance de ses célèbres filles, vers 1824. Lire la suite de « Le masque »

Le piano des Brontë

La musique a certainement contribué à tempérer la gravité de la vie des Brontë au presbytère d’Haworth. Nous savons que les trois soeurs et leur frère Branwell prenaient des leçons avec Abraham Starsfield Sunderland, organiste de l’église paroissiale de Keighley dans les années 1830. Le piano avec lequel ils ont développé leurs talents musicaux est toujours conservé au musée Brontë. Lire la suite de « Le piano des Brontë »

Hivers brontëens (2) – Poèmes

© Lynn Marie Cunliffe

« Viens-t-en avec moi

Il n’est plus que toi

Dont mon cœur se puisse réjouir ;

Nous aimions par les nuits d’hiver

Errer dans la neige :

Si nous renouvelions ces vieux plaisirs ? »

Emily Brontë, 1844

Musée Brontë, vu du jardin.

« Silencieuse est la maison — tous sont plongés dans le sommeil ;

Un seul regarde, solitaire, au-delà des neiges profondes »

Emily Brontë, 1845

Musée Brontë, vu du cimetière.

« Transi dans la terre et sur toi cet amas de neige profonde !

Loin, loin de tout atteinte et transi dans la morne tombe !

Ai-je donc oublié, mon Unique Amour, de t’aimer,

Séparée à jamais d’avec toi par la vague du Temps ? »

Emily Brontë, 1845

© Lynn Marie Cunliffe

« Les vents soupirent comme tu soupires,

Et l’Hiver en flocons déverse son chagrin

Là où gisent les feuilles d’automne. »

Emily Brontë, 1839

Nord de l’Angleterre © FreeFoto.com

« Ce n’est que le gel qui éclaircit l’air, et donne au ciel ce ravissant bleu ; ils sourient sous un soleil d’hiver, ces persistans aux sombres teintes.

Et le frisson de l’hiver est sur son cœur. —

Comment puis-je rêver de félicité future ? Comment mon esprit peut-il prendre son essor, confiné par une chaîne telle que celle-ci ? »

Anne Brontë, poème non daté

Église St. Michael & All Angels,  Haworth.

« Le jour est à son terme, le soleil

Se couche dans son morne ciel »

Emily Brontë, 1844

« La lune est pleine en cette nuit d’hiver,

Les étoiles sont rares, mais claires,

Et à chaque fenêtre on voit briller

Des feuilles de rosée gelée. »

Emily Brontë, 1844

——————————————————————

Voyez également mon article précédent « Hivers brontëen (1) » relatant l’histoire des hivers d’Angleterre à l’époque des Brontë.

Promenades intérieures

Je me souviens d’un passage de la biographie de Charlotte Brontë par Elizabeth Gaskell où elle relate un rituel particulier des sœurs Brontë. Depuis leur jeunesse, Charlotte, Emily et Anne écrivaient ensemble dans la salle à manger du presbytère. Après le repas du soir, elles amorçaient une promenade à l’intérieur de la pièce. Lire la suite de « Promenades intérieures »

L’étrange histoire d’un tableau

Parmi les objets témoignant de la vie de Charlotte, Emily et Anne Brontë, le portrait dit «à la colonne» réalisé par leur frère Branwell en 1834 tient une place tout à fait particulière. Non seulement ce portrait demeure encore aujourd’hui la représentation officielle des trois écrivaines, il offre également une étonnante synthèse biographique des Brontë. Lire la suite de « L’étrange histoire d’un tableau »

À la recherche des sœurs Brontë (2)

Je traduis librement ici le travail de l’artiste Barbara J. Tanke sur son site web. J’aime beaucoup son graphique à l’échelle (ci-contre) montrant la taille de chacun des Brontë (Charlotte, Emily et Anne), bien que je me suis permise de modifier légèrement la silhouette de Charlotte, qui me semblait un peu trop forte en comparaison avec les robes qui sont parvenues jusqu’à nous. Lire la suite de « À la recherche des sœurs Brontë (2) »

À la recherche des sœurs Brontë (1)

Il y a quelques années, je me suis amusée à faire les portraits-robots d’Anne, Charlotte et Emily Brontë, à l’aide du logiciel en ligne gratuit Flash Face. L’exercice s’avère beaucoup plus difficile qu’il n’y parait, même si des descriptions et quelques portraits de chacune des sœurs sont parvenus jusqu’à notre époque pour nous guider dans la reconstitution de leurs visages. Voici tout de même le résultat de mon laborieux travail ! Lire la suite de « À la recherche des sœurs Brontë (1) »