Le papier, l’écritoire et la plume

Le son de la plume qui gratte le papier a résonné pendant de nombreuses années dans la salle à manger du presbytère d’Haworth. Lors de la rédaction de leurs romans et la préparation des copies pour les éditeurs, Charlotte, Emily et Anne disposaient leurs écritoires autour de la lampe au milieu de la table et travaillaient de concert, en silence, couvrant des rames et des rames de papiers avec leurs fines écritures. Elles formaient toutes les trois le plus fascinant des cercles littéraires de toute l’histoire de la littérature. Lire la suite de « Le papier, l’écritoire et la plume »

Poème d’Anne Brontë «Musique le matin de Noël»

Anne adorait la musique, surtout les chants de Noël. Voici ses mots, qui en décrivent tout la magie. Je profite de l’occasion pour vous souhaiter un doux 25 décembre en musique ! Lire la suite de « Poème d’Anne Brontë «Musique le matin de Noël» »

Le masque

Le révérend Patrick Brontë écrivit un jour à la biographe de Charlotte Brontë, Elizabeth Gaskell, afin de lui raconter une anecdote survenue pendant l’enfance de ses célèbres filles, vers 1824. Patrick encouragea ses enfants à s’exprimer en utilisant… un masque. Nous n’avons pas de détail sur la manière exacte dont l’interrogatoire s’est déroulé, ni sur le masque lui-même. Les érudits cherchent encore aujourd’hui à tirer de ce curieux témoignage une signification qui pourrait nous révéler quelques secrets au sujet de l’enfance des sœurs Brontë. Lire la suite de « Le masque »

Promenade sur la lande avec les Brontë

Voici les témoignages d’Ellen Nussey et de Charlotte Brontë au sujet de la lande du Yorkshire, avec des photographies de Domowa Kostiumologia. Le paysage particulier des moors recouverts de bruyère a profondément influencé les sœurs Brontë, tant dans leurs tempéraments respectifs que dans leurs écrits. Ces grands espaces désolés furent la scène  de leurs mondes imaginaires jusqu’à l’âge adulte. Domowa Kostiumologia a su capter, dans ces photographies, le lien profond qui unissait les sœurs Brontë à leur environnement. Lire la suite de « Promenade sur la lande avec les Brontë »

Le piano des Brontë

La musique a certainement contribué à tempérer la gravité de la vie des Brontë au presbytère d’Haworth. Nous savons que les trois sœurs et leur frère Branwell prenaient des leçons avec Abraham Starsfield Sunderland, organiste de l’église paroissiale de Keighley dans les années 1830. Le piano avec lequel ils ont développé leurs talents musicaux est toujours conservé au musée Brontë. Ce piano droit, installé dans le bureau du révérend Patrick Brontë, a été fabriqué par John Green de Soho Square, à Londres, au début du XIXe siècle.  Lire la suite de « Le piano des Brontë »

Hivers brontëens (2) – Poèmes

Quelques poèmes choisis, d’Emily et d’Anne Brontë, évoquant l’hiver. Lire la suite de « Hivers brontëens (2) – Poèmes »

Promenades intérieures

Je me souviens d’un passage de la biographie de Charlotte Brontë par Elizabeth Gaskell où elle relate un rituel particulier des sœurs Brontë. Depuis leur jeunesse, Charlotte, Emily et Anne écrivaient ensemble dans la salle à manger du presbytère. Après le repas du soir, elles amorçaient une promenade à l’intérieur de la pièce. Lire la suite de « Promenades intérieures »

À la recherche des sœurs Brontë (2)

Je traduis librement ici le travail de l’artiste Barbara J. Tanke sur son site web. J’aime beaucoup son graphique à l’échelle (ci-contre) montrant la taille de chacun des Brontë (Charlotte, Emily et Anne), bien que je me suis permise de modifier légèrement la silhouette de Charlotte, qui me semblait un peu trop forte en comparaison avec les robes qui sont parvenues jusqu’à nous. Lire la suite de « À la recherche des sœurs Brontë (2) »

À la recherche des sœurs Brontë (1)

Il y a quelques années, je me suis amusée à faire les portraits-robots d’Anne, Charlotte et Emily Brontë, à l’aide du programme en ligne gratuit Flash Face. L’exercice s’avère beaucoup plus difficile qu’il n’y parait, même si des descriptions et quelques portraits de chacune des sœurs sont parvenus jusqu’à notre époque pour nous guider dans la reconstitution de leurs visages. Il faut dire que Flash Face demeure limité dans les choix de caractéristiques physiques par rapport aux logiciels professionnels utilisés dans les enquêtes criminelles. Voici tout de même le résultat de mon laborieux travail ! Lire la suite de « À la recherche des sœurs Brontë (1) »