Les Brontë dans l’espace

Asteroides Emily Brontë,  Charlotte Brontë et  Anne Brontë
Astéroïdes Emily Brontë, Charlotte Brontë et Anne Brontë

En 1973, des astéroïdes de notre Système solaire ont été découverts par un trio d’astronomes néerlandais : Cornelis Johannes van Houten, Ingrid van Houten-Groeneveld et Tom Gehrels. Ils baptisèrent ces astéroïdes du nom des sœurs Brontë.

Charlottebrontë est le nom de l’astéroïde 39427, découvert au Mont Palomar le 25 septembre 1973. Son trajet orbital est d’une durée de 7.95 ans.

L’astéroïde 39428 porte le nom Annebrontë. Il a été découvert le 29 septembre 1973 à l’observatoire du Mont Palomar. Son trajet orbital est d’une durée de 3.79 ans.

L’astéroïde 39428 porte le nom Emilybrontë .Son trajet orbital est d’une durée de 3.88 ans. Il a été découvert le 29 septembre 1973 à l’observatoire du Mont Palomar.

Un astéroïde est un petit corps céleste composé de roche, de métaux et de glace, de forme irrégulière et dont les dimensions varient de quelques dizaines de mètres à plusieurs kilomètres.

L’astronome Ingrid van Houten-Groeneveld fut une découvreuse extrêmement prolifique de plusieurs milliers d’astéroïdes. Son collègue Tom Gehrels fit un balayage du ciel à l’aide du télescope de Schmidt de 48 pouces (1,22 m) de l’observatoire du Mont Palomar et expédia les plaques au couple van Houten à l’observatoire de Leyde, qui les analysèrent pour trouver de nouveaux astéroïdes. Le trio est crédité conjointement pour la découverte de plusieurs milliers d’astéroïdes entre 1960 et 1977 (4 605 astéroïdes numérotés au 8 mars 2015).

Costumes brontëens

Avec l’Halloween qui approche, l’envie de fabriquer et de porter un costume évoquant les sœurs Brontë fait inévitablement son chemin pour les admiratrices des célèbres romancières anglaises. Si les adaptations cinématographiques de leurs romans peuvent fournir d’excellentes idées, il est intéressant d’examiner d’autres sources d’inspiration moins connues, mais tout aussi inspirantes.

Ainsi, le 23 octobre dernier, le Musée Brontë recevait la visite de trois sœurs originaires de Pologne, Marta, Karolina et Olga. Les jeunes femmes confectionnent des costumes et des cosmétiques d’époque. Même leurs dessous et leurs corsets sont faits en utilisant des modèles historiques. Leur maquillage est réalisé en utilisant des recettes tirées d’un livre publié en 1809.

Marta, Karolina et Olga de Pologne au Musée Brontë (Haworth, Yorkshire, Angleterre)
Marta, Karolina et Olga de Pologne au Musée Brontë (Haworth, Yorkshire, Angleterre) – © Bronte Parsonage Museum

D’autre part, Lynn Marie Cunliffe d’Abigails Ateliers dans le Yorkshire poursuit ses recherches de costumes historiques, qu’elle partage sur son blogue pour notre plus grand plaisir. Ses costumes font des apparitions remarquées à Haworth ; ils rappellent de façon fantomatique les silhouettes disparues des Brontë dans leur village d’origine.

© Lynn Marie Cunliffe
© Lynn Marie Cunliffe
© Lynn Marie Cunliffe
© Lynn Marie Cunliffe
© Lynn Marie Cunliffe
© Lynn Marie Cunliffe

La photographe anglaise Lee Avison, établie à Manchester, s’inspire quant à elle des sœurs Brontë et de l’époque victorienne pour réaliser, avec des décors et des costumes typiques, des couvertures de livres particulièrement atmosphériques, destinées à différents éditeurs à travers le monde.

© Lee Avison
© Lee Avison
© Lee Avison
© Lee Avison

Enfin, le monde du théâtre offre lui aussi plusieurs excellents exemples de costumes évoquant les Brontë. Par exemple, la robe fabriquée par Camille Assaf pour la production de William Luce Brontë: A Portrait of Charlotte au Alloy Theater Company à New York (USA)…

Costume de Camille Assaf pour la piece de William Luce «Brontë: A Portrait of Charlotte» au Alloy Theater Company à New York (USA).
Costume de Camille Assaf pour la piece de William Luce «Brontë: A Portrait of Charlotte» au Alloy Theater Company à New York (USA).

…ou encore la photographie promotionnelle de la pièce Brontë au Blue Barn Theatre à Omaha au Nebraska (USA), dans le cadre du festival littéraire Romance at the Castle: The Brontës produit par la Fondation Jill and Joslyn Castle.

Brontë au Blue Barn Theatre à Omaha au Nebraska (USA).
Brontë au Blue Barn Theatre à Omaha au Nebraska (USA).

À vos ciseaux et, si vous êtes trois, ce sera encore mieux ! Bon Halloween !

Sosies d’Emily

Le 30 juillet dernier, Emily Brontë aurait atteint l’âge vénérable de 196 ans. Considérée souvent comme la plus énigmatique des sœurs Brontë (entre autres parce que ses deux sœurs ont laissé à la postérité plus d’écrits et de représentations d’elles-mêmes), Emily traverse les siècles avec seulement deux portraits révélant son visage : l’un de trois quart (portrait dit «à la colonne», c1834) et l’autre portrait de profil, découpé dans un tableau familiale aujourd’hui disparu, c1833. Voici deux  sosies d’Emily que j’ai découverts au fil des années, inspirés de ce fameux portrait de profil.

Emily Brontë / Inconnue, daguerreotype c1850 (Southworth & Hawes) / Photo de profil Facebook d'Isabelle Pruneau, Canada (publié avec sa permission)
Emily Brontë / Inconnue, daguerreotype c1850 (Southworth & Hawes) / Photo de profil Facebook d’Isabelle Pruneau, Canada (publié avec sa permission)

Emily Brontë en musique

La fascination que suscitent les poèmes et l’œuvre romanesque d’Emily Brontë depuis le milieu du XIXe siècle a inspiré plusieurs musiciens contemporains qui ont transposé en chansons l’univers de l’auteure des Hauts de Hurlevent. Voici les créations qui ont retenu mon attention dans le répertoire populaire :

 

2012 – The Goblin Market « Beneath Far Gondal’s Foreign Sky »

The Goblin Market est un projet connexe des membres du groupe américain Green Pajamas Laura Weller et Jeff Kelly. Leur musique puise son inspiration dans l’art et la littérature. Le troisième et dernier album du duo, Beneath Far Gondal’s Foreign Sky, fait une incursion dans l’Angleterre du XIXe  siècle en mettant l’accent sur ​​le travail des sœurs Brontë. Les chansons se concentrent principalement sur les poèmes d’Emily, dont un grand nombre se réfèrent au monde imaginaire de Gondal conçu par l’auteure dans sa jeunesse.

L’album s’inscrit dans un style musical aux accents des années 70 en mélangeant habilement les genres Art Rock et Folk. Si la plupart des chansons reprennent des poèmes d’Emily, d’autres sont des compositions des membres de groupe en hommage aux sœurs Brontë. Deux chansons s’inspirent des poèmes d’Anne.

Chansons :

1- The Night Is Darkening Around Me

2- Remembrance

3- The Lock

4- The Night Wind

5- Tell Me, Tell Me

6- Song (The Linnet In The Rocky Dells)

7- High Waving Heather

8- If This Be All

9- The Moorland Ghost

10- A Reminiscence

11- Love Song (Beneath Far Gondal’s Foreign Sky)

12- A Lonely Thing

 Vous pouvez acheter ce CD chez Green Monkey Records.

 

2009 – Anois « Emily Brontë »

Le groupe de musique celtique néerlandais Anois a été fondé en 1996 et gravite autour de la voix angélique et des compositions de la chanteuse Veronica Metz. Leurs sources d’inspiration musicales sont Enya, Loreena McKennitt et Clannad. On reconnaît bien ces influences dans le son éthéré de leur album « Emily Brontë ».

Les membres d’Anois aiment tout particulièrement l’œuvre de Tolkien, où les poèmes sont mis en musique et chantés. Le groupe utilise cette idée dans ce CD, mais cette fois en utilisant le matériel poétique d’Emily Brontë. La combinaison offre une ambiance féerique qui nous rappelle agréablement l’origine celtique (irlandaise) des sœurs Brontë.

Chansons :

1- How Clear She Shines

2- Song (My Lady’s Dreams)

3- Remembrance

4- I Know Not How

5- Stars

6- Spellbound

7- Cathy’s Theme

8- The Wanderer

9- Alone I Sat

10- Tell Me

11- Lullaby

12- Silent Is The House

13- Last Words

14- No Coward Soul

Vous pouvez acheter le CD sur le site web d’Anois.

 

1978 – Kate Bush « Wuthering Heights »

« Wuthering Heights », sortie le 6 janvier 1978, est une chanson Art rock de la célèbre musicienne pop anglaise Kate Bush. Elle apparaît d’abord sur son premier album, « The Kick Inside », puis est réenregistrée 8 ans plus tard pour sa compilation « The Whole Story » (1986).

Kate Bush écrivit la chanson à l’âge de 16 ans (4 ans avant sa sortie), après avoir vu l’adaptation cinématographique de 1970 du roman Les Hauts de Hurlevent d’Emily Brontë (The Wuthering Heights). Elle lit alors le roman et découvre qu’elle partage sa date anniversaire (le 30 juillet) avec Emily Brontë. Elle affirmera avoir écrit la chanson en seulement quelques heures, tard dans la nuit, en regardant la lune à travers une fenêtre de sa chambre pour trouver l’inspiration.

Les paroles sont ouvertement inspirées des pensées de Catherine Earnshaw, le personnage principal du roman, aussi bien dans les chœurs (Kate Bush reprend la célèbre phrase, « Let me in ! I’m so cold ! ») que dans les couplets qui reprennent la confession de Catherine avouant à sa fidèle servante Nelly Dean qu’elle a des cauchemars (« bad dreams in the night »).

Le disque devient rapidement n° 1 du UK Singles Chart et y reste quatre semaines, rendant Kate Bush immédiatement célèbre. Elle est ainsi la première femme à voir une chanson qu’elle a elle-même écrite et interprétée atteindre la première place au palmarès (source : Wikipedia).

Vous trouverez facilement le CD « The Kick Inside » chez votre disquaire ou en ligne.

 

1976 – Janet Jones « A Fresh Wind Waves »

Janet Jones est une chanteuse folk des années 70 qui vit dans l’Aire Valley du Yorkshire. Sa voix offre une belle incandescence du chant et cette capacité à transcender par la force et la grâce une musique des racines.

Janet a développé un intérêt pour la poésie grâce à son père qui avait l’habitude d’en réciter de mémoire. Elle est devenue particulièrement attirée par les poèmes d’Emily Brontë et a tenu à les partager avec un plus large auditoire en composant une musique pour les transformer en chansons. La version originale EP de 1976 ne comportait qu’un accompagnement au piano ; le violoncelle s’ajoute à la réédition CD en 2011.

Chansons :

1- Love and Friendship

2- It was Night

3- Mild the Mist

4- A Fresh Wind Waves

5- November 1837

Vous pouvez acheter ce CD sur le site d’Aire Valley Music.

 

Un jardin inspiré par les Brontë

« The Brontës’ Yorkshire Garden » par Tracy Foster, 2012

« The Brontës’ Yorkshire Garden », un jardin inspiré par les sœurs Brontë et les paysages du West Yorkshire, a remporté en mai dernier la médaille d’’or et le prix « Choix du public » au Chelsea Flower Show 2012 en Angleterre.

« The Brontës’ Yorkshire Garden » par Tracy Foster, 2012
© Tracy Foster 2012

Conçu par l’architecte paysager Tracy Foster et réalisé par l’agence touristique « Welcome to Yorkshire », ce jardin est basé sur un emplacement particulier de la lande qui fut souvent visités par les sœurs Brontë. Ce lieu se caractérise par un pont de pierre traversant un ruisseau (bien connu des touristes sous le nom de « Brontë Bridge ») sur le sentier menant à la ferme en ruine de Top Withens. Cette ferme serait, selon certains spécialistes, la source d’inspiration du roman d’Emily Brontë « Les Hauts de Hurlevent » (Wuthering Heights). Avec ce jardin, Tracy Foster a déclaré vouloir transmettre l’essence émotionnelle de l’endroit qui a inspiré les célèbres écrivaines.

« The Brontës’ Yorkshire Garden » par Tracy Foster, 2012

« The Brontës’ Yorkshire Garden » contribue également à la commémoration du 165e anniversaire de la publication des romans Les Hauts de Hurlevent (Emily Brontë), Jane Eyre (Charlotte Brontë) et Agnes Grey (Anne Brontë), tous parus en version imprimée en 1847.

Le Chelsea Flower Show

Le Chelsea Flower Show est l’un des événements les plus célèbres de jardinage dans le monde. Il présente des projets d’excellence en horticulture, conçus par les grands noms du milieu. Le Chelsea Flower Show se tient chaque année en mai pendant cinq jours et reçoit plus de 157 000 visiteurs. L’événement est géré par la Royal Horticultural Society et se déroule sur les 11 acres du terrain de l’Hôpital Royal de Chelsea, à Londres.

Costumes d’époque par Abigails Ateliers

Les amateurs des sœurs Brontë comme moi cherchent constamment des ressources pour alimenter les connaissances sur les célèbres écrivaines. Je souligne ici le travail très intéressant de Lynn Marie Cunliffe de l’entreprise Abigails Ateliers dans le Yorkshire, qui recrée des costumes de différentes époques, dont celle des Brontë. Couturière autodidacte, détentrice d’un baccalauréat spécialisé en sciences humaines européennes, Lynn Marie partage avec générosité les détails de ses recherches et expérimentations dans le cadre de ses conférences ou sur son blogue.

Habitant tout près d’Haworth, la créatrice a publié de très belles photos de ses costumes brontëens, réalisées sur les lieux même où les auteures de Jane Eyre, Les Hauts de Hurlevent et Agnes Grey ont vécu, que l’on peut voir entre autres sur sa page DeviantArt. J’ai publié, avec la permission de l’auteure, plusieurs de mes photos favorites de ces costumes dans mes articles Hivers Brontëen 1 et Hivers Brontëen 2 , mais je ne peux résister à souligner ici quelques autres de mes photos préférées parmi ces superbes mises en scène :

© Lynn Marie Cunliffe
© Lynn Marie Cunliffe
© Lynn Marie Cunliffe
© Lynn Marie Cunliffe
© Lynn Marie Cunliffe
© Lynn Marie Cunliffe
© Lynn Marie Cunliffe

Outre son travail de création de costumes, Lynn Marie collabore avec des musées et des théâtres et offre des animations dans des maisons pour personnes âgées, souvent en compagnie de son conjoint musicien, John, également auteur des photos des costumes d’Abigails Ateliers.

© Lynn Marie Cunliffe

Je remercie chaleureusement Lynn Marie de m’avoir accordé la permission de publier ses photos sur mon blogue dès février 2011.