Poème d’Emily Brontë « Je fais peu de cas des richesses »

Cathy (Wuthering Heights) © Superszajs (DeviantArt)

 

Je fais peu de cas des richesses

Et je me moque de l’amour ;

L’appel de la gloire n’était qu’un rêve

Évanoui au lever du jour

 

 

Et si je prie, la seule prière

Qui remue mes lèvres pour moi,

C’est : « Laisse le cœur que je porte

Et donne-moi la liberté. »

 

 

Alors que mes jours en fuite se rapprochent de leur but

Oui, c’est là tout ce que j’implore :

À travers la vie et la mort, une âme sans chaînes

Et le courage d’endurer.

Emily Brontë, 1er mars 1841, traduction Louise Sanfaçon

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s