Poème d’Emily Brontë « Je marcherai… »

© PhatPuppy

 

Je marcherai – non pas le long des anciennes voies héroïques,

Non pas en suivant les sentiers de la haute moralité,

Ni davantage en cheminant parmi les formes nébuleuses,

Les visages entr’aperçus de l’histoire des temps passés.

 

Je marcherai là seulement où ma propre nature me mène

–  N’ayant aucune inclination à faire choix d’un autre guide –

Là où pâturent les troupeaux gris dans la fougère des vallons,

Là où les sauvages rafales balaient le versant des montages.

 

Qu’on-t-elles donc de si précieux, ces montages, à révéler ?

Plus de splendeur et de douleur que je ne saurais le décrire :

La terre qui, fût-ce en un seul cœur, éveille le don de sentir,

En elle-même peut enclore les mondes du Ciel et de l’Enfer.

Emily Brontë, Strophes, non daté, traduction Pierre Leyris, éditions Gallimard, 1963

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s